Par Oumaima Hammami, Association Tunisienne des femmes démocrates (Tunisian Association of Democratic Women) 


Le 29 septembre 2020 à Hôtel El Mechtel, Tunis, l’association Tunisienne des femmes démocrates « ATFD » a organisé en collaboration avec Le Arab NGO Network for Development « ANND »  un dialogue national sur les politiques économiques en Tunisie: “pour une autre Tunisie possible”. Le dialogue présentait une opportunité pour discuter des alternatives possibles dans le but de promouvoir les services publics, notamment en matière de santé, d’éducation, de finance publique ainsi que les droits économiques des femmes. Cet objectif peut être atteint à travers la restauration du rôle de l’Etat en tant qu’acteur politique et socio-économique à même de garantir les droits des catégories vulnérables.


10 ans après la révolution Tunisienne, la Tunisie a réalisé, une importante réforme politique, mais l’Etat a négligé les droits économiques et sociaux de ses citoyens et citoyennes. Les intervenant.es ont analysé cette négligence sur la base d’un état des lieux. Malgré, l’accroissement des fonds alloués au développement dans le budget de l’Etat, le rythme de la création des postes d’emploi reste lent, ce qui a impacté négativement les droits sociaux économiques les plus rudimentaires tels que l’éducation, la santé et le logement. 

L’édification d’une nouvelle Tunisie passe en premier lieu par l’instauration d’une éducation publique selon une vision globale, par le développement d’un système de santé qui garantit l’accès équitable pour toutes et tous à la santé publique, ainsi que l’établissement de l’égalité absolue et effective qui passe essentiellement par l’établissement de l’égalité successorale. 


Les conclusions générales du dialogue soulignent l’importance de l’élaboration d’un nouveau modèle de développement décennal sur la base d’une approche participative, inclusive et citoyenne, qui consacre l’échange des points de vue et des expériences entre les différentes parties prenantes, notamment la société civile Tunisienne, afin de trouver des autres alternatives de développement. 

Malgré la crise sanitaire du Covid-19 qui présentait un obstacle majeur face à la mise en œuvre de ce dialogue, l’ATFD a pu rassembler les différentes parties prenantes de la société civile Tunisienne et ce en respectant un protocole sanitaire strict. 

Grace à ce dialogue, les organisations de la société civile Tunisienne ont pu étaler un état des lieux détaillé sur la situation des droits socio-économique en Tunisie. Les représant.es des organisations de la société civile Tunisienne présent.es ont mis l’accent sur leur rôle essentiel dans l’établissement d’un modèle économique « humain », et en dressant les priorités économiques des populations vulnérables afin de construire une campagne de plaidoyer pour une réforme législative conforme aux normes internationaux.