Par PIANGO, plateforme régionale et membre de Forus dans la région Pacifique


Les impacts dela Covid-19 ont amené les ONG régionales telles que l'Association des ONG desîles du Pacifique (PIANGO) à changer leurs méthodes de travail. En tant quemembre de FORUS et plateforme régionale rassemblant des ONG nationalesfaîtières de 24 pays et territoires des îles du Pacifique, PIANGO a tenu saréunion de réflexion sur la planification stratégique pour discuter de certainsde ses enseignements et des moyens de progresser.  Soutenue conjointement par FORUS, la réunionde réflexion s'est tenue au Warwick Resort de Sigatoka aux îles Fidji, du 2au 7 novembre 2020.

PIANGO utilisela « talanoa », une approche conventionnelle des îles du Pacifiquequi se tient en personne et désigne « une conversation, une discussion,un échange d'idées ou de pensées, qu'ils soient formels ou informels».[1]Elle offre au personnel de PIANGO un espace propice pour exprimer leursopinions et discuter de façon cohérente de solutions et de moyens deprogresser.  L'approche« talanoa » a permis à PIANGO de se détourner davantage de moyensqu'elle peut adapter au contexte et à l'environnement changeants dans lesquelselle évolue. Elle a également permis à PIANGO de tirer les enseignements detous ses programmes et/ou projets (y compris FORUS) et de progresser par lebiais de son nouveau plan stratégique 2020-2030.

Conformément ànos domaines d’intérêt FORUS sur le renforcement des capacités et le plaidoyer,l'utilisation de l'approche « talanoa » a renforcé les capacités dupersonnel de PIANGO à s'approprier les programmes de l'organisation et endiriger l'orientation stratégique. Cela signifie également que PIANGO anticipela façon d'amortir les coûts pour deux membres de son personnel et de maintenirses domaines d'intérêt actuels une fois le projet FORUS terminé en février2021.

En tant quecoalition régionale, l'essentiel de notre « talanoa » dans le cadrede nos programmes comprend des visites de pays à nos membres régionaux au moyend’ateliers ou de réunions. Cependant, en raison de la Covid-19, PIANGOreconnaît que la modalité « talanoa » passera maintenant à uneplateforme virtuelle telle que Zoom ou Whatsapp alors que nous assurons unsoutien à distance [2] de nosmembres sur nos domaines d'intérêt stratégiques tels que le renforcement descapacités et le plaidoyer. Cela signifie également que nous devrons changernotre façon de travailler pour adopter une plateforme virtuelle lorsque nousnous engageons avec nos partenaires dans les forums internationaux.

Avec le passagedes modalités à une plateforme virtuelle, PIANGO est consciente de la fracturenumérique dans nos pays insulaires du Pacifique, ce qui signifie que notre« talanoa » virtuelle pour fournir un soutien à distance à nosmembres entraînera des coûts élevés de connection et de communication.Néanmoins, PIANGO est optimiste sur le fait que le soutien à distance à traversla modalité « talanoa » renforcera son appropriation dans l'ensenbledes opérations et de l'orientation stratégique.

L'une descaractéristiques de « talanoa » est qu'elle ne se limte pas à unprogramme structuré, de sorte qu'elle a permis de poursuivre une partie desconversations sur le balcon du salon de thé où ont été échangées la pluaprt desréflexions sur l'impact de la Covid-19 dans l'industrie du tourisme.  Nous étions le premier groupe à êtreaccueilli par le complexe hôtelier depuis leur ouverture limitée aux weekendsseulement.  Dix membres de leur personnelont été rappelés pour s'occuper de nous. Certaines et certains d'entre eux nous ont fait part de leur difficultésface au manque de travail et de leur gratitude pour leur avoir permis de gagnerde l'argent au cours de la semaine où nous étions là. 

Lors de saréunion de réflexion précédente, PIANGO avait proposé des activités de groupesdans les programmes.  Cette année, nouspassons notre temps libre assis autour du « bol à kava » et« talanoasons » sur nos familles et nos responsabilité en dehors denotre travail, qui sont tout aussi importantes pour nos équipes alors que nousprogressons vers l'avenir.  Cesconversations se sont avérées des échanges très personnels et émotionnels,notamment sur nos propres relations, et pour le partage desquelles nos équipesont recherché l'endroit idéal.  C'étaittrès agréable. Dans notre contexte, ce genre de « talanoa » peut êtreorganisée uniquement s'il existe un climat de confiance au sein du groupe.

Alors que laréunion de réflexion touchait à sa fin, les membres du personnel de PIANGO ontreconnu la valeur de notre propre modalité pacifique de « talanoa »comme un processus inhérent pouvant être utilisé pour diriger nos orientationsstratégiques dans un environnement évolutif. Même si nous passons à uneplateforme vrtuelle en raison de la Covid-19, PIANGO reconnaît le besoin d'animerrégulièrement une « talanoa » avec nos membres pour tenir desconversations à cœur ouvert et nous permettre de trouver ensemble des solutionsaux questions régionales auxquelles sont confrontées nos organisations et notrerégion. Nos ancêtres des îles du Pacifique ont toujours utilisé la« talanoa » comme modalité pour discuter et résoudre les problèmesauxquels ils font face. Il est tout à fait indiqué que nous, les personnes enplace, fassent revivre cette ancienne pratique aux fins prévues et l'utiliser ànotre avantage en personne ou en mode virtuel.



[1] See Vaioleti, T. (2006) TalanoaResearch Methodology: A Developing Position on Pacific Research.