Par Red Encuentro de Entidades No Gubernamentales para el Desarrollo (EENGD), membre de Forus en Argentine.

Un des défis les plus communs pour les OSC avec une certaine expérience est souvent de mettre en oeuvre un renouvellement générationnel au sein de leurs structures. Dans cet article, nous partageons l'expérience de Red Encuentro de Entidades No Gubernamentales para el Desarollo (EENGD), qui pendant les mois d'octobre et de novembre 2020, a développé un atelier virtuel avec des jeunes de toute la région dans le but d'encourager leur participation.

La participation des jeunes dans les OSC contribue non seulement à soutenir durablement les structures des organisations, mais aussi à les maintenir en contact avec les problématiques et les langages qui se produisent sur leurs territoires.

Dans le but d’encourager la participation de la jeunesse dans les organisations et d'être attentive aux militantismes actuels, Red Encuentro a lancé le cycle « Protagonisme, action et transformation », animé par Mariana Incarnato, à destination des jeunes affilié•e•s à ses organisations membres.

Au cours de 4 rencontres virtuelles qui ont eu lieu entre les mois d'octobre et de novembre 2020, les participant•e•s de plusieurs provinces d’Argentine et de pays voisins ont travaillé, entre autres, sur les concepts suivants : La citoyenneté, les droits, l’influence, le militantisme, le collectif et la formulation des politiques publiques. Il s'agissait d'une initiative au cours de laquelle, grâce au partage de différentes expériences, il fut possible d'identifier comment, à partir d'un exercice profond de la citoyenneté, il est possible d’avoir un impact sur les politiques publiques et quel•lle•s sont les acteur•rice•s impliqué•e•s dans ce processus.

Une méthode de travail s'est révélée particulièrement bénéfique, celle de présenter les expériences d'une organisation ayant un impact visible et mesurable : à cet égard, l'une des invitées était Mariana Iácono, référente de la Comunidad Argentina de Mujeres con VIH. Grâce aux questions des participantes et des participants, Mariana a pu faire part de son expérience depuis le moment où elle a appris qu'elle était séropositive jusqu’à aujourd’hui, devenue leadeuse de la défense des droits des personnes vivant avec le VIH. Durant sa prise de parole, elle a notamment souligné les différentes luttes qui sont menées, rappelé l'importance d'un cadre légal pour accompagner la quête des droits et mis en garde contre la désinformation présente dans la société. D'autre part, elle a démontré par son expérience la nécessité de convertir les luttes individuelles en luttes collectives, ou encore de chercher des espaces d’où exercer une influence sur la scène sociétale.

Il s'est également avéré pertinent d'évoquer le concept d'agenda mondial qui a suscité un débat sur ce qu’il est et sur la place de l'activisme des jeunes dans cet agenda. À cet égard, l’atelier a mis en évidence les agendas mondiaux des droits de l'Homme, l'Agenda 2030 et les Objectifs de Développement Durable et l’on a essayé de faire un rapprochement avec les agendas mondiaux et régionaux de la jeunesse.

En se basant sur la réalité des organisations qui composent notre réseau, pour être en mesure de soutenir et d'encourager la participation de la jeunesse dans leurs programmes territoriaux, tout en l’intégrant de manière stable dans leurs structures, nous pensons qu'il est vital de mettre à la disposition des collectifs de jeunes les outils de plaidoyer que nos réseaux ont su si bien construire ; ainsi que de promouvoir la participation des jeunes dans l'élaboration de nouveaux outils plus adaptés à leurs réalités.