Par ABONG, membre de Forus au Brésil.

Depuis que le gouvernement actuel est parvenu au pouvoir, les organisations de la société civile sont systématiquement attaquées suivant un clair processus de criminalisation de leurs actions. 

Devant ce scénario, le Cardume (réseau de communicants d'organisations et vecteurs de communication progressistes) a réalisé qu'il serait nécessaire d’organiser une campagne pour la défense du droit d'exercice des organisations au Brésil.

Cette action était focalisée sur la reprise du dialogue avec les pans de la société que l'on ne parvenait plus à toucher, en instruisant de l'importance de la société civile organisée dans la construction de la société et renforçant de la sorte l'action des OSC.

En cherchant à créer ce dialogue avec les personnes qui ignoraient l'action des organisations, nous avons développé un processus de recherche dénommé « groupe focal » pour comprendre comment sensibiliser notre public-cible. 

L'objectif était de découvrir comment les gens voient notre pratique pour que nous réussissions alors à établir un langage qui rapproche et fasse sens pour notre public.

Ce processus nous a apporté beaucoup d’apprentissages nous permettant de pouvoir nous adresser en dehors de notre spectre politique et idéologique. Il a fallu une réflexion et une adaptation de langage importantes pour que nous puissions créer ce pont.

Des décisions stratégiques telles que le réemploi du terme ONG ont été nécessaires dans ce processus. Nous avons observé que c'était la terminologie la plus reconnue par les gens bien que ce ne soit pas le terme le plus significatif pour nous (nous utilisions dans nos communications le sigle OSC parce qu'il nous représentait mieux). 

Nous avons aussi réalisé que le langage devrait se distancier de la polarisation politique et proposer une union des personnes, générer de l'engagement à travers une prise de responsabilité collective pour les problèmes affrontés par la population. Placer le peuple comme agent de cette nécessaire transformation de la société.

Une autre découverte très importante a été de se rendre compte que ce à quoi la société est généralement le plus sensible, ce sont les causes propices à l'assistanat, elles qui apportent des bénéfices immédiats. Il existe un pragmatisme et une obligation de résultats immédiats qui mobilise davantage les gens.

Tout cela nous a montré que pour créer du dialogue une grande réflexion sur le langage était de fait nécessaire. Nous avons tendance à constamment politiser la communication et nous avons remarqué qu'il est important de trouver le moment auquel nous pouvons défendre l'usage de termes tenus pour corrects et quel est celui pour nous de créer le dialogue à travers un langage plus simple et plus démocratique.

Notre projet de société passe nécessairement par une sensibilisation de la société qui n'est pas engagée dans nos causes, par conséquent l'entendre et s'adapter à ses demandes est fondamental pour atteindre notre objectif.

Découvrez la campagne qui a été développée à partir de ces réflexions :


Vidéos :


Cards :



Accédez aussi au rapport complet avec toutes les découvertes :