Le 24 avril 2020, Forus a organisé, en collaboration avec l'Institut Supérieur d'Économie et de Gestion (ISEG), un deuxième webinaire, cette fois en espagnol, au cours duquel ont participé Cesar Moreira, de la Fondation Aga Khan au Mozambique, et Raquel Catalani d'ABONG membre de la plateforme brésilienne de Forus, tous les deux ont innové dans l'apprentissage par les pairs dans les réseaux de la société civile, notamment au Brésil et au Mozambique. Les principaux thèmes abordés ont été les opportunités et les défis liés à l'utilisation de la technologie numérique pour l'apprentissage par les pairs et le partage des connaissances.  

Raquel Catalani, d'ABONG, a parlé de la Banque de Pratiques Alternatives, une initiative visant à présenter les expériences des communautés brésiliennes qui cherchent des alternatives au modèle de développement prédominant. Elle a partagé et échangé les meilleures pratiques qui affirment qu'il est possible de vivre de manière plus durable et plus juste. Elle a également mentionné que le plus grand défi est de donner une plus grande visibilité à leur projet, pour lesquels ils développent des campagnes en ligne sur diverses plateformes de médias sociaux.  

Les critères suivants sont essentiels pour identifier les meilleures pratiques avant de les inclure sur le site de la Banque des pratiques alternatives : 

1) Changements économiques (éco-solidarité dans le domaine de l'eau et de l'agriculture) ; 
2) Changement des sources d'énergie (changement pour une énergie propre) ;  
3) Respect de la nature (alimentation saine, production biologique, reforestation) ;  
4) Nouvelle façon d'organiser la société et les villes en matière d'environnement (transports en commun, pistes cyclables, axées sur les besoins de la ville) ;  
5) Nouvelle forme d'organisation de la société où les pratiques démocratiques et participatives sont encouragées.  

Quelques pratiques de la Banque de pratiques alternatives ont déjà obtenu le soutien du gouvernement, par exemple certains projets ont fait l’objet de politiques publiques. 

D'autre part, César Moreira, de la Fondation Aga Khan, a parlé du processus de création d'un projet d'apprentissage mixte consistant à travailler avec des OSC au Mozambique pour aider les personnes vivant dans des zones reculées à avoir accès à des données théoriques pour développer leurs capacités. Pour encourager ce projet, des sessions pratiques sont organisées, où ces capacités sont véritablement validées par l'apprentissage par les pairs et les activités de groupe. Les principales actions d’Aga Khan consistent à travailler avec les OSC locales et à leur donner accès à la technologie. 

Les critères adoptés pour choisir les sujets de développement des ressources d'apprentissage dépendent des besoins des OSC. Mais, en particulier, elles suivent cette procédure : elles font un diagnostic des domaines qui ont le plus besoin d'être renforcés et vérifient s'il n'y a pas déjà des ressources disponibles. Ensuite, elles développent les contenus pour eux, en tenant compte de leur contexte et de leur langue (dans le cas présent le portugais). Ils réalisent ensuite des vidéos, car cela semble pour eux être la manière la plus facile et la plus amusante d'apprendre. Ils permettent également de télécharger les différents contenus, afin que les personnes qui ne peuvent pas se connecter à Internet puissent également accéder aux contenus produits.  

Dans la situation actuelle de COVID-19, la Fondation Aga Khan partage les ressources développées par les OSC au Mozambique (accessibles sur le site Internet covid19.juntosmocambique.org/) avec les personnes en situation de précarité. Ils développent également d'autres ressources pour leurs propres partenaires. Ils suivent la même procédure que celle qu'ils utilisent actuellement pour le cours, pour laquelle ils sont autorisés à télécharger les différentes ressources et à les rendre diffuser dans des zones difficiles d'accès.  

Ce webinaire fait partie d'une série de webinaires organisés par Forus et ISEG Lisbonne.  Si vous souhaitez le revoir, vous pouvez cliquer ici.