Par Estefania Sierra Santamaria de Forus et Franziska Schwarz, conseillère en protection pour le secteur des ONG 

Au centre des missions entreprises par les OSC telles que Forus et ses membres (construire un monde plus juste, sans pauvreté ni inégalités et injustices), se trouve le respect de la sécurité, du bien-être et des droits des personnes avec qui nous travaillons : les communautés que nous cherchons à soutenir, nos partenaires, notre personnel, nos bénévoles et toutes les personnes engagées.  On considère généralement qu’il incombe aux organisations de protéger et d’assurer la sécurité des personnes afin de s’assurer que leur personnel, leurs activités et leurs programmes ne portent pas préjudice aux communautés et ne les exposent à des abus ou des exploitations.


Bien que la protection ait toujours fait partie intégrante du travail des OSC et que de nombreuses organisations se soient dotées de politiques de protection, les problématiques d’exploitation et de harcèlement sexuels et de mauvais traitements au sein du secteur humanitaire et du développement international continuent d’exister. Ainsi, des plateformes au sein du secteur ont travaillé avec leurs membres afin d’aider les organisations, et le secteur lui-même, à améliorer leurs politiques et leurs pratiques de protection, ainsi qu’à répondre aux problématiques anciennes de pouvoir, de genre et de sécurité au sein de nos cultures et de nos méthodes de travail.


Sur cette thématique, 23 personnes représentant des plateformes nationales et des coalitions régionales ont participé à un webinar organisé par Forus sur la protection le 7 février 2019, coordonné par BOND (Royaume-Uni), et faisant intervenir plusieurs intervenants issus des organisations Coordinadora (Espagne), InterAction (États-Unis) et Globalt Fokus (Danemark). Le travail entrepris par nos membres sur la protection est varié et il comprend l’adaptation de leur code de conduite, la prise d’engagements, l’établissement de canaux pour les lanceurs d’alerte et la création de groupes de travail afin de réfléchir collectivement à la manière d’aborder les pratiques de protection, entre autres.  


Étant donnée la diversité des membres des plateformes nationales, le besoin de travailler sur les pratiques de protection de manière collective et non isolée a été exprimé par tous les participants à ce webinar. Cette expérience enrichissante de partage de pratiques existantes et de réflexion collective sur la protection par le biais du webinar, représente une première étape dans la fédération de notre savoir-faire collectif et dans l'identification de modalités de soutien de la plateforme envers ses membres ; afin qu’ils mettent en œuvre des politiques et des pratiques de protection adaptées. Dans ce sens, les participants étaient très enthousiastes à l’idée de disposer d’une plateforme de référence grâce à laquelle ils pourraient facilement partager des ressources, des outils, des conseils ou des approches afin de travailler avec leurs membres puis d’apprendre de leurs pairs. La version pilote de cette plateforme en ligne sera bientôt proposée à tous les membres de Forus. Cela permettra des échanges fructueux dans tout le réseau Forus afin que les organisations puissent s’assurer d’être dotées de politiques, de ressources et d’outils visant à empêcher l’exploitation sexuelle, les mauvais traitements et le harcèlement dans tout le secteur du développement international.  

Forus et ses membres s’engagent à travailler ensemble afin de développer cette plateforme de partage, ainsi qu’à organiser toute une série d’activités allant des webinars aux groupes de travail, dans l’objectif de mettre cette problématique en lumière et de travailler à l’autonomisation des OSC dans la mise en œuvre de bonnes pratiques de protection, s’agissant d’une problématique permanente qui demande une action collective immédiate.