Par Deirdre de Burca, Coordinatrice du plaidoyer de Forus  


Le rapport « Progression de la mise en œuvre des ODD au niveau national 2019 » est un rapport réalisé de manière indépendante et Forus y a contribué au cours des trois dernières années. Il identifie et promeut les meilleures pratiques dans la mise en œuvre des ODD nationaux et met en évidence les lacunes et les défis.  



Une occasion importante se présente cette année car il sera peut-être possible que de nombreuses recommandations de ce rapport et des rapports précédents influencent le fonctionnement du Forum politique de haut niveau (FPHN), un organe central de suivi et d’examen de la mise en œuvre des ODD par les États membres des Nations unies.  


La société civile a été très active dans l’élaboration de propositions et dans la défense d’une série de réformes du fonctionnement du FPHN. Forus, en tant que réseau global de la société civile, a élaboré son propre document de plaidoyer sur la révision du FPHN, comprenant les propositions clés suivantes : 



(1) Le processus d’examen du FPHN doit être ambitieux et éviter les ajustements superficiels. 



(2) La révision ne doit pas uniquement se concentrer sur le niveau mondial et doit s’opérer à plusieurs niveaux.  


Cela impliquera des réformes des processus de suivi et d’examen aux niveaux régional et national (processus ENV et ceux liés aux forums régionaux sur le développement durable).  



(3) La révision doit considérablement renforcer la dimension multipartite du FPHN, notamment en ce qui concerne la participation de la société civile en tant que partie prenante clé. 


En dépit des déclarations officielles positives sur l’importance d’un engagement multipartite pour la mise en œuvre réussie des ODD, le FPHN demeure largement un processus centré sur les États et dirigé par ces derniers. La participation au FPHN de la société civile et d’autres parties prenantes clés est assez marginale. 



(4) Il faut prévoir plus de temps pour la présentation des ENV lors du FPHN. 


La présentation actuelle des ENV lors du FPHN est imparfaite et insuffisante. Durant le FPHN, seuls trois jours ministériels sont prévus pour la présentation de 40 à 50 ENV. Par conséquent, la présentation de chaque ENV se limite à 15 minutes, ce qui laisse peu de place à un dialogue constructif. 



(5) A l’avenir, le FPHN doit être davantage axé sur les politiques. 


Les activités du FPHN devraient aller au-delà de l’examen et laisser la place à des discussions politiques plus approfondies. Les États membres des Nations unies devraient être encouragés à consulter des orientations générales claires et à définir des objectifs visant à étendre le développement durable à différents domaines politiques aux niveaux national et régional. 



(6) Un mécanisme multipartite spécifique devrait être mis en place pour l’examen annuel de la mise en œuvre de l’Objectif 17.  


Aucun mécanisme spécifique n’a été convenu dans le cadre du FPHN pour garantir l’examen annuel effectif de l’ODD 17 par les gouvernements, les grands groupes sociaux et d’autres parties prenantes (GGAPP). La société civile appelle à la mise en place urgente d’un mécanisme d’examen spécifique de l’Objectif 17 par le FPHN, et souhaite que les GGAPP y participent pleinement. 



Forus a formulé un large éventail de propositions pour la révision du FPHN (mais celles énoncées ici sont quelques-unes des plus importantes).  


Si vous souhaitez consulter le document de plaidoyer de Forus sur la révision du FPHN https://bit.ly/2J0sQx9


Cliquez ici pour consulter le rapport complet de la 4e édition du rapport « Progression de la mise en œuvre des ODD au niveau national 2019 » en langue anglaise