© Plateforme d'ONGD roumaines FOND - réseaux sociaux

Par Adela Rusu, Plateforme d’ONGD roumaines FOND


Fin 2018, la plateforme d’ONGD roumaines FOND, membre de Forus, a commandé la réalisation d’une évaluation indépendante de ses 10 premières années d’activité.  L’évaluation s’est penchée sur l’impact externe de FOND, ainsi que sur les capacités organisationnelles et l’implication des membres de la plateforme. Les suggestions de la plateforme d’ONGD ont été rassemblées par l’équipe de l’évaluation sous la forme d’exemples de bonnes pratiques pertinents pour n’importe quelle plateforme d’ONGD. Ces suggestions se fondent sur l’expérience de FOND de l’élaboration d’une plateforme, de l’implication de ses membres et de l’instauration de relations avec les parties prenantes afin d’influencer les politiques concernant la coopération au développement internationale. 

(Sur la base des expériences de l’équipe de consultants qui ont évalué l’impact de FOND)

Avant l’évaluation 

  • Lorsque l’on envisage de sous-traiter la réalisation d’une évaluation d’impact, il convient de s’assurer de savoir pour quelle raison on a besoin d’une évaluation, ainsi que de connaître avec précision ce que l’on souhaite évaluer (« tout » n’est pas la meilleure option) et ce que l’on compte faire avec les résultats de l’évaluation. 
  • Considérez si vous souhaitez axer votre évaluation sur votre impact externe (succès, résultats enregistrés, échecs) ou sur votre performance organisationnelle. 
  • Sélectionnez des évaluateurs familiarisés avec les spécificités du secteur des ONG dans lequel vous intervenez. Autrement, les informations contextuelles non recueillies et comprises pendant la durée de l’évaluation pourraient s’avérer trop nombreuses. 
 

Participation et appropriation 

Impliquez vos adhérents dans les étapes précoces du processus d’évaluation. Ceci aidera les évaluateurs à préparer des questions d’évaluation réellement pertinentes, tout en renforçant l’appropriation du processus pour vos membres et l’organisation dans son ensemble.  
Outre vos membres, assurez-vous qu’un large éventail d’autres parties prenantes sont impliquées dans l’évaluation. Vous fournirez à vos évaluateurs une liste des parties prenantes à interviewer. Il faudra donc vous assurer de : 
vous poser la question suivante : les personnes figurant dans ladite liste seront-elles en mesure de fournir des informations concernant les éléments que vous entendez évaluer ? ;  
inclure des parties prenantes relevant de plusieurs catégories (à savoir, des partenaires, des parties prenantes du plaidoyer, des réseaux et des coalitions auxquels vous êtes affiliés, etc.) ; 
inclure aussi bien des parties prenantes dont vous vous attendez à recevoir des retours positifs concernant votre organisation que des personnes qui selon vous vont se montrer plus critiques. 
Dressez une liste plus longue que nécessaire, car toutes les personnes qui y figurent ne participeront pas. 
 

Utilisation des résultats 


Retour à la première leçon : pour s’assurer au mieux d’utiliser réellement les résultats de l’évaluation, il faut démarrer le processus avec une idée claire des modalités d’utilisation des conclusions. 
Soyez transparent dans la communication des résultats de l’évaluation avec vos membres ou d’autres parties prenantes pertinentes. Prenez aussi le temps de les évoquer collectivement. 
Les conclusions de l’évaluation doivent être utilisées quand elles sont actuelles. Saisissez la première occasion d’évoquer des résultats compliqués ou sensibles et commencez à mettre en œuvre des changements. 
 
Enfin, si vous ne disposez pas de ressources pour sous-traiter une évaluation externe, il est possible d’effectuer des auto-évaluations, dans le cadre desquelles ce sont principalement les membres du personnel qui gèrent le processus. Si tel est le cas, vous devrez garder à l’esprit les points qui suivent : 

Vous pouvez utiliser une méthodologie d’évaluation rigoureuse pour l’auto-évaluation (vous pouvez trouver des orientations et une boîte à outils utiles pour les auto-évaluations en cliquant sur ce lien, ou vous pouvez commencer en explorant d’autres ressources de cette liste). 
Vous devrez toujours inclure différentes parties prenantes dans l’évaluation (par exemple, des membres du conseil d’administration, des organisations adhérentes, des partenaires, des bailleurs de fonds, etc.). 
Les résultats de l’auto-évaluation peuvent différer de ceux d’une évaluation externe, et il peut s’avérer difficile de savoir si les conclusions sont objectives. Néanmoins, ce processus peut constituer un excellent exercice qui aidera l’organisation à améliorer ses procédures de suivi, d’évaluation et d’apprentissage sur le long terme. 

Pour en savoir plus sur les 17 leçons de la plateforme d’ONGD roumaines pour la constitution d’une plateforme d’ONGD et le renforcement de son impact, cliquez ici