Article inspiré de l’article sur le programme de Robert Ninyesiga (UNNGOF Ouganda, membre de Forus).

Forus a élaboré un programme de développement du leadership dédié aux responsables des OSC. Ce programme a été animé par l’Association pour le développement communautaire des ressources (CDRA). Le programme, qui a commencé par des échanges en ligne, a pris la forme d’un atelier de quatre jours qui s’est déroulé à Dhulikhel (Népal) et s’est conclu par de nouveaux échanges en ligne et l’élaboration d’un « projet de retour à la maison » à mettre en place au niveau national après l’atelier.

Ce premier cycle du programme a rassemblé 12 responsables de plateformes d’OSC de différents pays (Zambie, Indonésie, Slovénie, République tchèque, Inde, Népal, Lettonie, Brésil, Seychelles, Nigéria et Ouganda) avec l’objectif de stimuler la réflexion collective entre ces acteurs du changement social.

Cet événement a été fortement participatif de par l’expérience des participants et a donné l’occasion aux dirigeants des OSC de débattre en détail des évolutions actuelles et futures du leadership dans ce secteur. Comme l’a déclaré Nomvula Dlamini (CDRA) : « Le leadership, c’est la capacité à se connecter à notre pouvoir ».

UNE ÉDITION ORIGINALE ET INNOVANTE

Le programme de développement du leadership facilite les échanges entre pairs et l’innovation en matière de techniques et de compétences de leadership. Il encourage les responsables des plateformes d’ONG à analyser leur rôle en matière de changement social et à favoriser des débats issus de contextes nationaux en présence d’autres membres de plateformes d’ONG.Il favorise la création de communautés/groupes d’ONG qui ont la volonté de collaborer davantage avec d’autres OSC et d’autres parties prenantes, capables de s’adapter et de répondre aux nouveaux défis. Il encourage les responsables de plateformes nationales d’ONG expérimentés et émergents à porter leurs efforts autour de questions telles que le développement de capacités, le changement social et le rôle des plateformes d’ONG.

Ce programme m’a donné la possibilité d’approfondir mes connaissances à propos des plateformes nationales et du changement social. » (Dayasagar Shrestha – Fédération des ONG du Népal)
D’un point de vue analytique, il est très important de définir une vision et d’apprendre les uns des autres, en déterminant ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. » (Lewis Mwape – Conseil zambien de développement social Zambie)
Je ne m’attendais pas à ce que cette formation soit si utile, car j’ai découvert que nous avons tous les mêmes difficultés et qu’un grand nombre de problématiques sont identiques sur tous les continents. (Inese Vaivare – LAPAS, Lettonie)
Je pense tout d’abord que ce programme est tout à fait différent de ce que j’ai pu faire auparavant, car il propose une approche très intéressante, notamment de par sa touche plus personnelle. » (Lola Loveita – Forum international des ONG pour le développement en Indonésie)

Les responsables de plateformes nationales qui ont fait les déclarations ci-dessus ont participé au premier cycle du programme de développement du leadership.

LE CHANGEMENT SOCIAL REMIS EN QUESTION PAR LES PLATEFORMES D’ONG

Quatre thèmes principaux ont été abordés au cours de l’atelier :

1) Définition et échange d’expériences. Pour proposer un programme d’analyse très concret, les participants ont été invités à faire part des connaissances qu’ils ont acquises dans le cadre de leurs pratiques et de leurs expériences. Cette partie s’est également inspirée des analyses menées précédemment par les participants en s’appuyant sur les questions suivantes : Comment se traduit dans les faits le changement social ? ; Quelles OSC dans le monde parviennent à insuffler des changements en dehors des projets soutenus par des bailleurs de fonds ? et : Comment augmenter les impacts en développant différentes ambitions, initiatives et relations innovantes avec différentes parties prenantes ?

2) Comprendre le changement social ; analyser la façon dont un changement se concrétise et faire connaître différents modèles de changement social. Le changement social est porteur d’idéaux qui doivent se traduire par des expériences. De plus, le changement social, son cadre et sa dynamique doivent être analysés, étant donné que la concrétisation du changement est étroitement liée au contexte dans lequel il survient. Pour conclure, le changement social s’efforce de favoriser l’émergence de nouvelles conditions concrètes fondées sur des valeurs telles que la transformation des systèmes politiques, économiques et sociaux et des institutions pour parvenir à une société juste et équitable.

3) Le changement social et le rôle des plateformes d’ONG. Les plateformes d’ONG peuvent jouer un rôle essentiel pour insuffler le changement social. Il est par conséquent crucial qu’elles s’interrogent sur le type de changement social qu’elles souhaitent voir se concrétiser. D’autres sujets clés ont été abordés tels que la légitimité de l’organisation et la composition de ses membres, leurs relations stratégiques avec les décideurs politiques et les autres responsables institutionnels, la nécessité de délimiter leur périmètre (où elles sont invitées à intervenir ou de nouveaux espaces qu’elles investissent), la gestion de la diversité de leurs membres et l’importance accordée à la création d’une mise en réseau suffisamment dynamique pour que les questions en matière de changement social ne restent pas lettre morte.

4) Le Leadership requiert un véritable travail de la part des plateformes d’ONG. Le leadership d’une plateforme d’ONG est complexe et nécessite une analyse exhaustive pour définir une orientation et susciter un engagement. Il peut être perçu comme une fonction ou une position, mais il doit favoriser la collaboration, l’apprentissage mutuel et le partage des rôles. Les plateformes d’OSC doivent tenir compte de cette dimension lorsqu’elles ont pour ambition de favoriser le changement social.

Pour conclure, le programme de développement du leadership a donné l’occasion aux dirigeants des OSC de débattre en profondeur des évolutions actuelles et futures dans le secteur à l’égard du leadership. Comme l’a déclaré Nomvula Dlamini (CDRA) : « Le leadership, c’est la capacité à se connecter à notre pouvoir » 

Si vous souhaitez obtenir des informations sur les modalités d’inscription pour participer au deuxième cycle (les demandes seront acceptées à partir de février/mars), n’hésitez pas à écrire à l’adresse ldp@forus-international.org. Veuillez noter que seules les personnes qui travaillent avec un membre de Forus (en tant que membres du personnel ou dans le cadre d’instances de gouvernance) peuvent y participer.