© UBDF 2019


Par Deirdre de Burca, Coordinatrice du Plaidoyer de Forus 

Oulan-Bator – Février 2019 

J’ai rédigé cet article à Oulan-Bator, en Mongolie, où je me trouvais pour représenter Forus dans le cadre de la Global Advocacy Leadership Academy (GALA), une formation organisée par Asia Development Alliance (ADA), la Coalition Régionale, membre de Forus, en Asie.  

La formation portait sur le sujet suivant : « Intégration de la paix et des droits de l’homme dans l’engagement de la société civile vis-à-vis des ODD en Mongolie ». L’évènement a été suivi du Forum pour la démocratie d’Oulan-Bator. Ce Forum, d’une durée de trois jours, s’est déroulé sous la forme d’ une Consultation Régionale sur le thème « Promotion de la démocratie, des droits de l’homme et de la paix par le biais de l’ODD 16+ : vers des sociétés pacifiques, équitables et inclusives en Asie ». 

Asia Development Alliance a organisé la formation GALA à l’attention des réseaux d’ONG de toute l’Asie. Elle a également soutenu le Forum pour la démocratie d’Oulan-Bator. Forus a apporté un soutien financier à ces évènements importants régionaux visant au développement des capacités de la société civile en Asie. 

Le programme des deux évènements incluait un large éventail d’orateurs importants et intéressants, dont M. l’Ambassadeur Enkhsaikhan, l’ONG Blue Banner s’exprimant sur le Forum mondial pour la paix de PyeongChang (PGPF) 2019, Son Excellence M. D. Tsogtbaatar, ministre des Affaires étrangères de la Mongolie, un représentant du gouvernement de la Corée du Sud, M. Thomas E. Garrett, Secrétaire général, Communauté des démocraties (CD) et Mme Beate Trankmann, Coordinatrice résidente des Nations Unies et Représentante résidente du PNUD en Mongolie

Ayant participé pendant cinq jours à ces deux évènements, j’ai fait connaissance avec de nombreux réseaux d’OSC de différentes parties de l’Asie, dont la Mongolie, la Malaisie, l’Indonésie, le Pakistan, le Timor oriental, le Kazakhstan, le Japon, le Népal, le Sri Lanka, la Corée du Sud et le Cambodge, entre autres. J’ai été positivement frappée par le niveau de coordination et de réseautage assuré entre les OSC de cette région dans le cadre des objectifs de développement durable.  

J’ai également été surprise par le rôle extrêmement important que notre partenaire régional de la coalition ADA a joué pour aider à rassembler ces réseaux d’OSC de différents pays de la région et leur fournir une formation de haute qualité sur différents aspects des ODD. La formation portait en particulier, cette fois-ci, sur l’Objectif 16 des ODD, qui a trait aux questions afférentes à la paix, la démocratie, les droits de l’homme, la gouvernance, la sécurité des personnes et la justice.  

De fait, Forus, ADA et le réseau TAP network ont convenu de collaborer ensemble, au cours de ces prochains mois, pour rédiger un rapport orienté sur l’Objectif 16 des ODD, avec des études de cas nationales de nos membres de la société civile de différentes régions. Ce rapport sera rendu public lors du Forum politique de haut niveau des Nations Unies (FPHN) qui se tiendra à New York en juillet 2019

L’enthousiasme et l’engagement général des OSC asiatiques qui ont participé à la formation GALA et au Forum pour la démocratie ici, à Oulan-Bator, ont été extrêmement impressionnants. Au vu du cynisme public généralisé concernant la politique traditionnelle qui semble toucher autant de pays du monde entier, la passion, la vision et l’enthousiasme de ces organisations de la société civile lorsqu’elles évoquent les défis et les opportunités qui entourent la mise en œuvre des ODD dans leurs pays s’avèrent réellement très inspirants. J’ai écouté avec grand intérêt la façon dont les OSC asiatiques présentes ont partagé des informations et défini collectivement des stratégies concernant le meilleur moyen d’assurer la mise en œuvre des ODD dans leur région. 

Il existe, clairement, une grande envie, parmi les organisations de la société civile au niveau mondial, de mettre en œuvre le programme ambitieux et potentiellement transformateur concernant les ODD dans leurs pays et au niveau de leurs communautés locales. Bien entendu, la société civile ne peut pas réaliser à elle seule la vision transformatrice des ODD sans la coopération des gouvernements à tous les niveaux, ainsi que celle de toute une série d’autres parties prenantes du secteur privé. 

Forus s’engage à travailler en étroite collaboration avec les partenaires régionaux de la coalition, comme ADA, concernant les actions pertinentes politiques et de plaidoyer à mener, dans le but d’assurer un soutien financier approprié et un développement des capacités pour que la société civile dans son ensemble puisse jouer son rôle essentiel dans la réalisation de la vision positive et transformatrice des objectifs de développement durable.  

Il semble clair que les ODD ne seront pas réalisés à l’échelle de la planète sans le soutien d’un secteur de la société civile actif, engagé et doté des ressources appropriées. C’est avec bonheur que je peux affirmer que les évènements auxquels j’ai assisté en Mongolie au cours de la semaine écoulée m’ont convaincue du fait que d’ores et déjà, la société civile parvenait à se mobiliser et à faire preuve de leadership dans la mise en œuvre et le suivi de ce programme mondial, important et opportun, pour le développement durable.  

Forus continuera de travailler avec l’ensemble de ses partenaires de la société civile au niveau mondial, régional et national, afin de s’assurer que ce travail important soit dûment pourvu en ressources et soutenu.