Du 13 au 15 mars, plus de 130 représentants d’organisations de la société civile (OSC), d’autorités locales (AL), du secteur privé, de l’Union européenne (UE) et d'États membres se sont réunis à Bruxelles pour la 7ème édition du Forum politique pour le développement (FPD). Créé en 2013, le Forum politique pour le développement permet un dialogue stratégique afin d’atteindre les objectifs de développement durable. Il accorde également aux participants l’occasion d’accroître leur visibilité, d’échanger leurs connaissances et leurs bonnes pratiques, de rationaliser leur processus de travail, d’enrichir leurs expériences tout en renforçant les espaces de dialogue de la société civile.


Cette année, les échanges se sont concentrés sur le rôle des partenariats dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et en particulier de ses aspects liés à l’environnement et au climat. Ils ont également porté sur les principales problématiques affectant la mise en œuvre de l’agenda mondial pour le développement et sur les politiques de l’UE répondant à celles-ci. Il a été question notamment du Cadre financier pluriannuel (CFP) et de la proposition du nouvel Instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (IVDCI).
Les réseaux mondiaux et régionaux ayant signé un contrat cadre de partenariat (CCP) avec la Commission européenne, dont Forus fait partie, ont officiellement intégré le FPD en 2019. Structuré en trois jours composés de sessions complémentaires et d’ateliers d’apprentissage entre pairs, le Forum politique pour le développement s’est ouvert avec une session dédiée aux défis des partenariats visant à renforcer la mise en œuvre de l’Agenda 2030. Ensuite, une discussion en groupe de travail a eu lieu au sujet des mécanismes d’amélioration de l'implication des signataires du Contrat cadre de partenariat (CCP) et des relations avec les délégations de l’UE en ce qui concerne les Objectifs de développement durable (ODD).  

 
La Présidente et Directrice de Forus, ainsi que quelques membres dont le REPONGAC, le PIANGO et MESA se sont beaucoup impliqués dans ces sessions, à la fois comme co-organisateurs ou intervenants, et ils ont saisi l’opportunité de mettre en avant quelques messages clés. Lors du premier débat du FPD, la Présidente de Forus, Iara Pietricovsky a mis en avant le rôle essentiel de la société civile et des administrations locales pour la mise en œuvre d’un développement durable pour tous à l’échelle locale, ne laissant personne pour compte. Au vu du rétrécissement des espaces de citoyenneté, une tendance mondiale en hausse, Forus est convaincu que les opportunités offertes par la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de renforcer la société civile dans le monde doivent être saisies, afin que la société civile puisse répondre collectivement aux défis auxquels elle fait face. Forus fait également pression en faveur de la création d’espaces de participation significative des OSC au sein des forums régionaux et internationaux, qui seraient utilisés afin de promouvoir l’échange d’idées, d’outils et de ressources relatifs au développement des capacités entre OSC et avec les autres parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030. 
 

En tant que signataire d’un CCP et comptant des membres dans environ 70 pays, Forus a été une voix forte en faveur d’un dialogue politique plus structuré à la fois avec le siège de la Commission européenne mais aussi avec les délégations de l’Union Européenne (DUE) dans le monde. En ce qui concerne les échanges avec les DUE, nous recommandons principalement que la Commission européenne transmette des orientations politiques stratégiques aux DUE relatives aux relations avec les signataires des CCP et que les DUE impliquent la société civile et les administrations locales dans un dialogue afin de concevoir, de mettre en œuvre, et de suivre les processus politiques impliquant diverses parties prenantes. Nous recommandons également la mise en place de véritables processus de passation de dossiers au sein de la Commission européenne et de ses délégations. Enfin, nous préconisons que la société civile et les autorités locales puissent faire part de davantage d’initiatives auprès des délégations de l’UE à l’échelle nationale et régionale.  


Forus a mis en avant l’importance des plateformes multipartites telles que le FPD, car des partenariats forts entre l’UE, les OSC et les AL peuvent être des outils pour réaliser l’Agenda 2030. 


Forus continuera d'œuvrer en lien avec ses partenaires institutionnels et de la société civil à l’échelle mondiale, régionale et nationale, afin de s’assurer que ce travail important soit suffisamment doté et soutenu.