Rédigé à Abidjan, le 29 décembre 2019,
Pour la CSCI (Convention de la Société Civile Ivoirienne),
Le Coordonnateur National – Mahamadou KOUMA

© CSCI (Convention de la Société Civile Ivoirienne)

La CSCI, observe avec beaucoup de préoccupations ces dernières semaines, la crispation de l'environnement politique et social en Côte d'Ivoire. Cette atmosphère regrettable, toujours causée par les acteurs politiques de notre pays, suscite à la fois l'inconfort social et la psychose généralisée au point de créer chez les populations, l'incertitude et le désespoir, en cette fin d'année 2019.

La CSCI suit avec une attention particulière, l'évolution de cette atmosphère délétère. Si l'on n'y prend garde, les enjeux de pouvoir risquent de compromettre le jeu démocratique en 2020. "L'Affaire Soro Kigbafori Guillaume" ces jours-ci, qui en est la parfaite illustration, continue de polluer le quotidien de nos braves populations qui n'aspirent qu'au bien-être et à la paix, préalable à tout développement.

Tout se passe comme si nous étions amnésiques ?

La classe politique ivoirienne ne peut-elle pas tirer les leçons de son triste passé si lointain, mais si proche ?

La politique vise-t-elle à se servir, à servir ou à asservir les populations ?

Fidèle donc à ses missions et à ses valeurs de veille et d'éveil des consciences, la CSCI interpelle principalement la classe politique sur sa pleine responsabilité dans le maintien de la cohésion sociale et de la paix en Côte d'Ivoire.

Aussi, lance-t-elle un appel pressant :

Au président de la République, Chef de l'Etat et Père de la Nation à :
· Faire prévaloir certes, l'Etat de droit, mais aussi et surtout à privilégier toutes les voies possibles de sorte à préserver l'harmonie sociale et la paix, tout comme son père spirituel, Félix Houphouët-Boigny, l'Apôtre de la paix qui a fait de la paix une seconde religion au point de préférer, à son corps défendant, « l'injustice au désordre ».

Aux acteurs politiques à :
· Savoir raison garder, quelles que soient la noblesse et la légitimité de leurs ambitions ;
· Comprendre que la finalité de toute action est de servir humblement l’homme, tout homme et tout l’homme ;
· Placer justement, l’intérêt supérieur de la Nation et des populations au-dessus de leurs aspirations et intérêts personnels, partisans.

Aux acteurs de la société civile à :
- Poursuivre sans relâche leur noble mission d’éducation, de sensibilisation des populations et de plaidoyer auprès des pouvoirs publics. Et ce, en faveur de la paix et du bien-être de tous.

Aux populations à :
· Faire sienne cette belle réflexion du moraliste, Bertrand Russell, que nous paraphrasons : apprenons à vivre ensemble comme des personnes intelligentes au risque de mourir collectivement comme des idiots.